photo 1

L'embellie - Audur Ava Olafsdottir.
J'avais beaucoup aimé Rosa Candida du même auteur, alors quand j'ai vu ce bouquin à la bibliothèque je l'ai embarqué.
Alors qu'elle rompt avec son amant, la narratrice est quittée par son mari  & se voit confier le fils de sa meilleure amie, un petit garçon sourd & différent. A partir de là s'en suit un voyage initiatique à travers les incroyables paysages islandais. Il n'y a pas de sentimentalisme, pas de conscience maternelle prédominante, c'est l'histoire d'une femme libre. Un livre sans concession, à la fois émouvant & caustique.

photo 2

Lame de fond - Linda Lê
J'aime les coïncidences: dans L'embellie, la narratrice est correctrice. Ici le principal protagoniste l'est aussi.
D'emblée on sait qu'il est mort, renversé par sa femme, trompée & meurtrie. Le récit s'articule autour de 4 personnage: Van, sa femme, sa fille & sa soeur-maîtresse (!)... Il y a l'avant, le pendant & l'après. Chacun va donner sa version des évènements. Cette composition à plusieurs voix est parfois difficile à suivre, trop alambiquée.

photo 3

Le prisonnier du ciel - Carlos Ruiz Zafon.
Le bonheur de retrouver les personnages d'A l'ombre du vent.

photo 4

Les lisières - Olivier Adam.
Je persévère, j'essaie de découvrir ce qui fait le charme de l'auteur aux yeux de beaucoup... mais rien n'y fait, je n'y arrive pas.
On retrouve tous les ingrédients habituels: anorexie, dépression, divorce, conflits générationnels et sociaux...

photo5

"Oh..." - philippe Djian
Première fois que Philippe Djian se met dans la peau d'une femme. Il en profite pour faire fi de toute morale & bienséance.
Michèle vient d'être violée mais elle ne semble pas s'en émouvoir plus que ça. Elle va jusqu'à nouer une relation intime avec son agresseur. Et pourtant, loin de faire l'apologie du viol, il est question de liberté ( ou d'asservissement à ses propres pulsions...). Questionnant & un peu dérangeant malgré tout...

...